SwissLeaks et le dénonciateur bancaire Rudolf Elmer saluent la décision prise aujourd’hui par le Conseil des Etats

Campagne de SwissLeaks pour la décision du Conseil des Etats de se joindre à l'initiative, Palais fédéral de Berne

Des militants de la plateforme suisse de dénonciation SwissLeaks, en collaboration avec Rudolf Elmer, dénonciateur bancaire, ont fait campagne cet après-midi devant le Parlement fédéral pour une meilleure protection des dénonciateurs. Le Conseil des Etats a maintenant décidé d’approuver la proposition présentée par le Conseil fédéral visant à améliorer les conditions de signalement des griefs sur le lieu de travail. SwissLeaks, la plateforme de dénonciation de Campax, se félicite de cette décision, car elle signifie que le projet de loi pour une meilleure protection des dénonciateurs a encore une chance de devenir une loi.

« Ma famille et moi avons payé un prix élevé pour avoir rompu mon silence », a déclaré Rudolf Elmer, dénonciateur bancaire, « le Conseil des États s’est prononcé aujourd’hui en faveur d’une protection accrue et fait ainsi partie de ceux qui veulent faciliter un peu la vie des futurs dénonciateurs. Par rapport à la nouvelle directive européenne qui entre en vigueur aujourd’hui, le projet est considérablement insuffisant – mais mieux vaut un oiseau dans la main qu’une colombe sur le toit !

Une date appropriée

Entre-temps, la Suisse s’efforce, quoique sans enthousiasme, d’améliorer la situation juridique des dénonciateurs depuis plus de quinze ans. Il est largement considéré comme exemplaire, et les États membres ont maintenant deux ans pour adapter leurs lois nationales en conséquence. Entre-temps, la Suisse s’efforce, quoique sans enthousiasme, d’améliorer la situation juridique des dénonciateurs depuis plus de quinze ans. La proposition du Conseil fédéral a été clairement rejetée par le Conseil national en juin, car elle était trop compliquée pour la droite et n’allait pas assez loin pour la gauche. Par la décision d’aujourd’hui, le Conseil des États a empêché que le projet de loi ne soit déclaré mort après 6 ans de débat.

« Il est urgent d’améliorer la sécurité juridique des personnes qui dénoncent les abus sur le lieu de travail. Bien que le projet de loi du Bundesrat présente des lacunes en matière de protection contre le licenciement, il constitue un pas dans la bonne direction. L’UE et divers autres pays ont montré comment fonctionne la protection des dénonciateurs – la Suisse est de plus en plus contrainte d’agir », explique Andreas Freimüller, chef de projet de la plateforme suisse de dénonciation SwissLeaks.

A propos SwissLeaks

SwissLeaks est une plateforme pour les dénonciateurs en Suisse, qui a été lancée en 2018 par l’organisation de campagne Campax. SwissLeaks soutient les dénonciateurs dans des cas individuels et fait en même temps campagne pour une meilleure protection juridique des dénonciateurs en Suisse. Les personnes qui souhaitent signaler des griefs ou des infractions peuvent entrer anonymement des informations sur swiss-leaks.net. Plus récemment, SwissLeaks est intervenue avec succès dans une affaire de harcèlement sexuel à EY Switzerland.

Whistleblower*innen schützen

Faites un don pour SwissLeaks !

Veuillez choisir un montant pour votre don en ligne

 

Rapport de dénonciation 2019

Une nouvelle étude le montre : La protection des dénonciateurs est payante

[vc_row][vc_column][vc_column_text] Le rapport publié aujourd'hui par la HTW Chur et...

"Un gang de corrompus ? - Protéger les dénonciateurs".

Début 2018, Campax a lancé la plateforme de dénonciation SwissLeaks....

Leave your comment