« Pratiquement toute l’industrie de la mode participe au travail forcé ouïghour »

, ,
The Guardian, 23.7.2020

Une nouvelle recherche d’une coalition de 180 organisations de défense des droits de l’homme montre que l’industrie mondiale de textile et l’habillement est fortement impliquée dans le système du travail forcé ouïghour. La Chine est le plus grand producteur de coton au monde, avec 84% de son coton originaire de la région du Xinjiang. Le coton et le fil produits au Xinjiang sont largement utilisés dans d’autres grands pays de fabrication de vêtements tels que le Bangladesh, le Cambodge et le Vietnam. C’est pourquoi, selon la coalition des droits de l’homme, il est « presque certain » qu’un produit de coton sur cinq vendu dans le monde soit lié au travail forcé et aux violations des droits de l’homme à Xinjiang.

Dans la région chinoise du Xinjiang, au moins un million d’ouïghour-e-s sont détenus dans des camps forcés. Il y a des cas de torture, de viol collectif, de stérilisations forcées, de famines et de conditions d’hygiène insoutenables. En outre, les prisonniers-ères sont contraints au travail forcé, tant dans les camps que dans les usines et dans les fermes. Campax lutte avec la Société pour les peuples menacés et l’Association Ouïghour Suisse contre ces violations flagrantes des droits de l’homme. Dans une pétition, nous demandons au Conseil fédéral de renégocier l’accord de libre-échange avec la Chine. L’objectif est de faire pression sur le régime chinois pour qu’il met immédiatement fin aux violations des droits de l’homme commises à la minorité ethnique ouïghoure.

Surveillance de masse des Ouïghours : la SPM dépose plainte contre l’UBS

La banque suisse UBS entretient des relations commerciales avec le...

Camps d’internement en Chine: la Suisse doit renégocier l’accord de libre-échange! #NoComplicity

Jusqu'à trois millions d’Ouïghour-e-s sont retenu-e-s dans des camps d’internement...

Leave your comment