Plus de 100’000 personnes demandent au Credit Suisse de ne plus faire de profit avec des déchets toxiques

Nous sommes aujourd’hui plus de 100’000 personnes à exiger du Credit Suisse: Pas de profit sur les déchets toxiques!

Ce 20 novembre, nous rencontré un représentant du Credit Suisse au siège social de la banque sur la Paradeplatz. Nous y avons déposé, avec Pro Natura, Friends of the Earth Switzerland et SumOfUs une pétition avec plus de 100’000 signatures de l’organisation internationale de protection des consommateurs.

Pas de profit sur les déchets toxiques!

À cette occasion, nous avons de nouveau exhorté la banque suisse à cesser de faire affaire avec des sociétés minières qui éliminent sans scrupules des déchets toxiques dans la mer.

Le Credit Suisse entretient des relations commerciales avec trois sociétés qui ont – ou envisagent – d’éliminer des millions de tonnes de déchets miniers toxiques dans un fjord norvégien, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et en Turquie1. Du mercure, de l’arsenic, du plombet plus de trois douzaines d’autres produits chimiques sont déversés dans la mer. Ce cocktail chimique extrêmement nocif empoisonne l’eau et tue la flore et la faune dans des lieux de pêche et de navigation.

Malgré ces conséquences catastrophiques et le fait que l’un de ses principaux concurrents, Citigroup, ait déjà abandonné ses liens avec une telle pollution marine2, le Credit Suisse continue de soutenir ces sociétés minières. Le Credit Suisse refuse de s’engager dans une politique d’investissement responsable. Les profits que le Credit Suisse a réalisés avec la destruction irréversible de notre environnement sont honteux. Surtout pour une banque qui prétend avoir un « impact positif durable ».

Depuis plus d’un an, en collaboration avec Earthworks, SumOfUs & Naturvernforbundet – Friends of the Earth Norway et d’autres organisations au sein de la coalition Ditch Ocean Dumping, nous insistons sur la responsabilité du Crédit Suisse et les dangers humains et environnementaux qui sont mentionnés ci-dessus. Nous augmentons régulièrement la pression sur la grande banque pour qu’elle se retire de cette sale affaire.

Tu t’aides ?

Imprimes notre lettre ouverte des maintenant et remettes-la signée au prochain comptoir client d’une succursale du Credit Suisse.

Leave your comment