NON à la loi sur l’e-ID le 7 mars !

,

Le 7 mars, nous voterons sur la loi sur l’e-ID (loi fédérale sur les services d’identification électronique). La loi veut une carte d’identité commercialisée qui peut être délivrée par les grandes banques, les compagnies d’assurance et les entreprises liées au gouvernement. Elle permet donc l’utilisation abusive de données biométriques. Campax dit donc NON à la nouvelle e-ID.

C’est pourquoi nous disons NON à l’e-ID le 7 mars :
  • Passeport suisse numérique : Pour la première fois, la loi sur l’e-ID veut commercialiser un document d’identité officiel et le faire délivrer par des prestataires privés : le passeport suisse numérique. Les bureaux des passeports seraient remplacés par des sociétés telles que des banques et des compagnies d’assurance. Ils gèreraient désormais les données sensibles des citoyens. Bien que l’e-ID ne soit pas encore un document de voyage reconnu au niveau international, elle remplit la même fonction en ligne qu’un document d’identité officiel. Par exemple, lors de la collecte de lettres recommandées, de la conclusion d’un contrat ou de la collecte d’un extrait du registre de recouvrement des créances.
  • Le gouvernement fédéral sert de fournisseur de données : Avec la commercialisation de l’identité numérique, le gouvernement fédéral est réduit à un fournisseur de données. À cette fin, l’Office fédéral de la police créerait une nouvelle base de données personnelles. Ceux-ci sont ensuite mis à la disposition des entreprises privées.
  • La protection des données est insuffisante: Contrairement aux précédentes cartes d’identité, chaque utilisation de l’e-ID serait enregistrée et stockée de manière centralisée par une société privée. Cela crée un risque d’abus. La seule protection efficace des données serait de s’abstenir de collecter des données inutiles. En outre, avec la privatisation de l’e-ID, les géants technologiques internationaux auront la possibilité de devenir des émetteurs de l’e-ID.
  • Un manque de confiance de la population : Selon des enquêtes représentatives, plus de 80 % de la population souhaite obtenir leur passeport numérique auprès de l’État plutôt que des entreprises. Il y a un manque de confiance dans les entreprises privées. Avec la loi sur l’e-ID, le Conseil fédéral et le Parlement ont ignoré la volonté du peuple.
  • Les associations de personnes âgées disent non : Les personnes âgées craignent que l’e-ID leur soit imposée par des entreprises privées. C’est pourquoi le Conseil suisse des personnes âgées, l’Association suisse pour les questions relatives aux personnes âgées et l’Association des organisations actives de personnes âgées et d’entraide en Suisse rejettent le projet.
  • Les cantons rejettent la loi : Huit cantons refusent de soutenir la loi sur l’e-ID parce qu’ils considèrent que l’émission de cartes d’identité est une tâche essentielle de l’État. Le canton de Schaffhouse et la ville de Zoug délivrent déjà leur propre e-ID. Le gouvernement fédéral pourrait facilement délivrer lui-même un passeport numérique. Notre pays voisin, le Liechtenstein, y est également parvenu en l’espace d’un an.

Le 7 mars, NON à la loi fédérale sur les services d’identification électronique (loi sur l’e-ID).

Mobiliser ses ami.e.s pour voter

Avec le Mobilisr de Campax, tu peux rappeler à tes ami.e.s et connaissances en quelques clics qu’ils doivent voter contre la loi sur l’identité électronique dès maintenant.

Les cantons contre la privatisation de l'E-ID

Quelque chose se prépare Il y a une semaine aujourd'hui,...

Leave your comment