Les entreprises suisses font des affaires au Xinjiang

,

Malgré la surveillance de masse, les camps forcés et les mauvais traitements graves, les entreprises suisses continuent d’être actives dans la province chinoise.

Les sociétés suisses Rieter et Uster Technologies entretiennent des relations commerciales avec des entreprises du Xinjiang, sanctionnées par les États-Unis. L’entreprise suisse Saurer exploite même sa propre entreprise au Turkestan oriental. Les trois entreprises n’ont pas répondu aux demandes de SRF ou affirment qu’elles refusent le travail de Zwan et qu’elles ne participent pas à la politique locale.

James Millard, expert du Xinjiang à l’université de Georgetown à Washington, dit qu’il est impossible de faire des affaires au Xinjiang sans entrer en contact avec le système oppressif d’une manière ou d’une autre. En effet, sans contact avec les autorités, personne ne peut faire d’affaires au Xinjiang. Johnson Yeung, de Clean Clothes Campaign, souligne également que les entreprises étrangères ne devraient en aucun cas coopérer avec les fabricants du Xinjiang. En effet, il n’est actuellement pas possible d’enquêter de manière indépendante sur la question de savoir si les entreprises sont impliquées dans le système. C’est pourquoi les grandes sociétés d’audit ne sont plus présentes au Xinjiang.

Campax demande à ces entreprises de mettre fin immédiatement aux relations commerciales avec le Xinjiang. Nous réitérons également notre demande à la banque suisse UBS de dissoudre immédiatement ses relations avec le groupe de surveillance Hikvision.

Le nouveau secrétaire d’État américain parle également de génocide contre les Ouïgour-e-s en Chine

Après son prédécesseur, Mike Pompeo, le nouveau secrétaire d’État américain...

Good News : MSCI bannit Hikvision des indices

Le fournisseur de services financiers MSCI a annoncé qu'il interdisait...

Leave your comment