La Suisse doit adhérer aux sanctions de l’UE contre le régime biélorusse

,

«Le fait qu’ils nous aient frappés contre le mur était la punition la plus légère. Les hommes étaient constamment brutalement battus. Un par un, ils ont été amenés dans le couloir, à moitié battus à mort et emmenés. Puis ce fut le tour du suivant.» C’est le triste rapport de l’opposition biélorusse Olga Pavlova. Elle a passé cinq jours en prison pour avoir protesté contre le régime biélorusse [1].

Des centaines de milliers de Biélorusses sont descendus dans les rues de la capitale Minsk et d’autres villes pendant des semaines pour protester contre la falsification des résultats des élections par le régime de Loukachenko [1]. Le dictateur autoritaire réagit par un recours massif à la force contre les manifestants [2]. L’adversaire de Loukachenko, Svetlana Tichanovskaya, a été contraint de quitter le pays [3]. Les membres du conseil de coordination fondé par l’opposition, qui souhaitaient en fait rechercher le dialogue avec le gouvernement, ont également été emmenés hors du pays ou emprisonnés [4]. Néanmoins, les manifestations se poursuivent.

Il est maintenant important que tous les pays s’unissent contre Loukachenko. L’UE a décidé des sanctions contre les représentants du régime biélorusse. La Suisse doit y adhérer aussi. La communauté Campax a demandé aujourd’hui aux conseillers fédéraux Ignazio Cassis et Guy Parmelin dans une campagne Twitter et email de prendre des mesures immédiates et d’initier des sanctions.

[1]: Olga Pawlowa, dans: Schläge, Schocks, Folter: Verhaftete Belarussinnen klagen an, dw.com, 18.8.2020.
[2],  [3] et [4]: Der Zug nach Minsk, WOZ Die Wochenzeitung, 20.8.2020.

L'Alliance Climatique soutient la loi sur le CO2

[vc_row][vc_column css_animation="bottom-to-top"][vc_column_text] Berne. 09.10.2020. Le lobby pétrolier, soutenu par l'UDC,...

Leave your comment