Surveillance de masse des Ouïghours : la SPM dépose plainte contre l’UBS

La banque suisse UBS entretient des relations commerciales avec le groupe chinois Hikvision, leader mondial dans la conception et la production de technologies de surveillance. Le groupe exerce un rôle central dans la surveillance de masse dont les Ouïghour-e-s font l’objet dans la province chinoise du Xinjiang (Turkestan oriental). Bien que la situation désastreuse de la communauté ouïghoure en matière de droits humains soit connue depuis des années et que la société Hikvision soit inscrite sur une liste noire du gouvernement américain depuis l’automne 2019, des recherches ont montré que l’UBS poursuit ses relations commerciales avec le groupe chinois. La Société pour les peuples menacés (SPM) a donc décidé de déposer aujourd’hui une plainte auprès du Point de contact national pour les Principes directeurs de l’OCDE.

Dans la région chinoise du Xinjiang, au moins un million d’ouïghour-e-s sont détenus dans des camps forcés. Il y a des cas de torture, de viol collectif, de stérilisations forcées, de famines et de conditions d’hygiène insoutenables. En outre, les prisonniers-ères sont contraints au travail forcé, tant dans les camps que dans les usines et dans les fermes. Campax lutte avec la Société pour les peuples menacés et l’Association Ouïghour Suisse contre ces violations flagrantes des droits de l’homme. Dans une pétition, nous demandons au Conseil fédéral de renégocier l’accord de libre-échange avec la Chine. L’objectif est de faire pression sur le régime chinois pour qu’il met immédiatement fin aux violations des droits de l’homme commises à la minorité ethnique ouïghoure.

Soumise de la Pétition #NoComplicity sur les camps d'internement ouïgours !

Lundi matin, le 7 septembre, nous avons déposé la pétition...

« Pratiquement toute l’industrie de la mode participe au travail forcé ouïghour »

The Guardian, 23.7.2020 Selon une coalition d’organisations de défense des...

Leave your comment